► Retour à la home
Annuaire Vert
actualités
VIVANESS 2019 : les produits cosmétiques naturels recèlent un énorme potentiel

VIVANESS 2019 : les produits cosmétiques naturels recèlent un énorme potentiel

Consommateurs de plus en plus intéressés, Marchés des produits cosmétiques naturels d’Allemagne, de France, et d’Italie en point de mire, VIVANESS en tant que plateforme de compétences et outil d’orientation. Les analystes sont rarement aussi unanimes qu’en ce qui concerne le marché des cosmétiques naturels : la mégatendance se poursuit. Les taux de croissance dynamiques prouvent bien que les produits de beauté naturels sont toujours aussi demandés à l’échelle mondiale. Le moteur de cette croissance est le désir de disposer de produits de soins doux et bien tolérés par les peaux à base d’ingrédients naturels. Le marché des produits cosmétiques naturels – avec ou sans label – en profite énormément et gagne de nombreux nouveaux clients dans le monde entier. L’évolution de la branche au niveau global est très captivante : les cosmétiques naturels jouissent d’une très grande popularité auprès des consommateurs et sont le moteur du marché. L’industrie cosmétique dans son ensemble devient plus verte et le thème du développement durable est une préoccupation majeure pour de nombreuses entreprises. La filière dans toute sa variété se retrouvera à l’occasion du prochain VIVANESS, Salon International des Produits Cosmétiques Naturels, du 13 au 16 février 2019 à Nuremberg.

 

« La demande s’étend depuis longtemps au monde entier et le marché global des cosmétiques biologiques et naturels se développe à une vitesse vertigineuse. » C’est ainsi qu’Amarjit Sahota de l’organisation Ecovia Intelligence (Londres) décrit en bref cette évolution. D’après les chiffres actuels dont dispose cet institut d’études de marché spécialisé, la branche a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires global de 10,2 milliards d’USD, ce qui représente une croissance de plus de 6 pour cent par rapport à l’année antérieure. Avec environ 4,9 milliards d’USD, l’Amérique du Nord est le plus grand marché des produits cosmétiques biologiques et naturels, suivi de l’Europe avec approximativement 4,1 milliards d’USD. L’Allemagne se classe en tête en Europe grâce à une bonne résonance dans le commerce, à des marques pionnières et à un chiffre d’affaires d’environ 1,2 milliards d’euros. La France et l’Italie occupent la seconde et la troisième place parmi les nations réalisant les plus gros chiffres d’affaires avec des cosmétiques naturels.

L’Allemagne toujours en pole position

Grâce à un climat de consommation toujours favorable, l’ensemble du marché allemand des cosmétiques bien que très saturé (13,6 milliards d’euros) a pu enregistrer pour le premier semestre 2018 une croissance de plus de 2 pour cent selon les données de la Fédération allemande de l’industrie des produits de soins du corps, de lavage et de nettoyage, (Industrieverband Körperpflege und Waschmittel, en abrégé IKW). La filière des cosmétiques biologiques et naturels reste un moteur de croissance. Selon l’experte Elfriede Dambacher de l’agence naturkosmetik konzepte à Dortmund, ce marché des cosmétiques naturels a connu durant le 1er semestre de l’année 2018 une croissance de 3,1 pour cent et gagné, lors des deux années passées, environ 1,2 million de nouveaux clients. D’après l’institut d’études de marché GfK (Gesellschaft für Konsumforschung) à Nuremberg, la hausse des ventes s’élève à environ 8 pour cent. Le marché allemand confirme ainsi son leadership en Europe. Les chaînes de drogueries en tant que principal canal de distribution pour les cosmétiques naturels en Allemagne ainsi que les discounters et les filiales du commerce alimentaire de détail causent, avec leur stratégie de prix, une forte concurrence et des prix moyens en baisse qui se répercutent sur la croissance du chiffre d’affaires. La dynamique de la demande et l’importance de la gamme pour l’ensemble du marché se reflètent cependant dans la part revenant aux cosmétiques naturels, soit près de 9 pour cent, et dans le fait que, rien que l’an dernier, environ 800 000 nouveaux consommateurs ont opté pour les cosmétiques naturels

France : consommateurs très intéressés

En France, nation des cosmétiques, les cosmétiques naturels suscitent depuis des années un intérêt croissant chez les consommateurs de telle sorte qu’elle est le second marché des cosmétiques naturels en Europe derrière l’Allemagne. Le chiffre d’affaires estimé à 500 millions d’euros, une croissance d’environ 10 pour cent et une part de marché s’élevant approximativement à 4,5 pour cent sont des résultats tout à fait convenables. Selon les données du baromètre de l’Agence Bio, quatre Français sur dix ont acheté en 2017 plus de cosmétiques naturels que de produits cosmétiques conventionnels. L’association Cosmebio dont le label est connu d’environ 80 pour cent des consommateurs français considère cette évolution comme un grand succès. L’augmentation de la demande va de pair avec une variété croissante et une disponibilité des produits allant au-delà du circuit de distribution classique constitué par les magasins de produits biologiques. Les parapharmacies et le commerce en ligne jouent un grand rôle dans ce contexte. En France, le chiffre d’affaires total réalisé dans le secteur des cosmétiques s’élève à 11,4 milliards d’euros.

Le potentiel de croissance pour les cosmétiques naturels est encore élevé : dans le cadre d’une enquête représentative effectuée par l’institut d’études de marché Xerfi Research (Paris) qui est citée dans le rapport annuel Naturkosmetik Jahresreport (édité par naturkosmetik konzepte, Dortmund), environ 70 pour cent des sondés se sont déclarés intéressés par les produits de soins naturels, invoquant comme raison leur désir de qualité, de sécurité et de respect de l’environnement. Les consommateurs cherchent concrètement des produits bien tolérés par la peau, sans parabènes et contenant un fort pourcentage d’ingrédients naturels. D’après les données du service d‘information L’Observatoire des Cosmétiques (OBS, Paris), 85 pour cent des clients souhaitent surtout un marquage transparent leur permettant de s’y retrouver. De ce point de vue, une évolution positive du marché engendre toujours des défis : tant les fabricants que les points de vente doivent répondre aux exigences des consommateurs.

Italie : un bon marché pour la beauté naturelle

Les produits de soins naturels sont toujours aussi en vogue en Italie. Parmi les plus de 3 700 produits cosmétiques lancés sur le marché en 2017, la moitié se classait, d’après une étude réalisée par l’association Cosmetica Italia, dans la catégorie des « cosmétiques verts », ce qui confirme la tendance verte. L’association voit comme macro-tendances pour les dix années à venir les exigences des consommateurs qui veulent des cosmétiques verts contenant de plus en plus d’ingrédients biologiques, fabriqués en respectant les principes éthiques et vendus dans des emballages écologiques. Dès aujourd’hui, il est évident que l’industrie cosmétique mise de plus en plus sur des ingrédients naturels et recherche des solutions alternatives pour remplacer les dérivés d’huiles minérales. D’une manière générale, sur le marché italien on ne fait cependant pas encore aussi clairement qu’en Allemagne ou en France la distinction entre les véritables cosmétiques naturels et les produits semi-naturels. Selon Cosmetica Italia, 54 pour cent des consommateurs italiens sont pourtant d’avis qu’une certification bio est très importante (30 pour cent) ou importante (24 pour cent) pour les cosmétiques.

Les Erboristeria (herboristerie, droguerie) constituent l’un des principaux canaux de distribution pour les cosmétiques naturels en Italie. Ces magasins spécialisés proposent un vaste éventail de produits de soins du corps et cosmétiques contenant des ingrédients naturels et de cosmétiques purement biologiques et naturels. Ayant réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 440 millions d’euros (Cosmetica Italia) avec les cosmétiques naturels, ce type de magasins devrait donc, au sens strict, constituer, avec les commerces spécialisés dans les produits biologiques, le principal circuit de distribution pour les cosmétiques naturels. L’entreprise Bio Bank, spécialiste du marché italien, fait état dans son «  Rapporto Bio Bank 2018 » d’environ 430 points de vente pour les cosmétiques naturels certifiés. Le chiffre d’affaires réalisé avec des cosmétiques biologiques et naturels est estimé par les experts à environ 4 pour cent de l’ensemble du marché. Les pharmacies, les parfumeries, les supermarchés et surtout, dans des proportions grandissantes, le commerce électronique, génèrent, selon Cosmetica Italia, un chiffre d’affaires de 660 millions d’euros. Au total, cette association du secteur cosmétique évalue à environ 1,1 milliard d’euros le marché des cosmétiques verts (cosmétiques naturels et semi-naturels). Cela représente à peu près dix pour cent de l’ensemble du marché des cosmétiques naturels qui, avec 10,1 milliards, a enregistré en 2017 une augmentation du chiffre d’affaires de 1,7 pour cent.

Chaque marché est individuel – ISO met en place des directives globales

« Le degré de maturité et la place occupée par les cosmétiques naturels sur chacun des marchés mettent en évidence les différences culturelles dans les divers pays et dépendent également des structures commerciales respectives. Le rôle des cosmétiques naturels est également différent selon les pays » comme l’explique Elfriede Dambacher de l’agence naturkosmetik konzepte. L’exemple des marchés allemand, français et italien montre clairement que la certification revêt plus d’importance sur les principaux marchés d’Europe de l’Ouest que sur d’autres marchés dans le monde entier où les frontières entre les indices de naturalité sont floues. Les marques semi-naturelles (nature inspired) y enregistrent une plus forte croissance et le greenwashing (écoblanchiment) joue toujours un grand rôle. Le fait est toutefois selon Dambacher que, sur tous les marchés, les consommateurs accordent de plus en plus la préférence à la Natural & Green Beauty et que c’est « une tendance irréversible » . Etant donné que les besoins en produits verts augmentent constamment, l’organisation internationale ISO a maintenant mis au point, en collaboration avec l’industrie cosmétique, une norme (ISO 16128) permettant le calcul uniforme du contenu en ingrédients naturels.

Green Beauty face au Greenwashing

Selon Amarjit Sahota, fondateur et propriétaire d’Ecovia Intelligence, 90 pour cent des consommateurs achètent des cosmétiques naturels pour ne pas soumettre leur corps aux effets néfastes des produits chimiques synthétiques. Mais cette évolution positive a également un revers. Tout comme les autres connaisseurs du marché, Sahota considère lui aussi le greenwashing comme l’un des plus grands défis auxquels la branche doit faire face : « De nombreuses marques conventionnelles misent pour leur marketing sur des attributs verts et naturels » dit-il. Selon les données de l’institut international d’études de marché Kline Group, le chiffre d’affaires global réalisé par les marques classées « naturelles » a augmenté de 9 pour cent et atteignait en 2016 bien plus de 35 milliards d’USD. L’augmentation de la demande mondiale de produits cosmétiques doux et les faibles taux de croissance sur les marchés d’Europe de l’Ouest en grande partie saturés suscitent aussi la convoitise. De grands fabricants cosmétiques achètent, par le biais de l’absorption d’entreprises de cosmétiques naturels classiques, les marques et le know-how vert. Ce fait ainsi que le développement durable, une mégatendance, ont pour conséquence que les consommateurs jettent aujourd’hui un regard critique. Outre la qualité, des aspects éthiques, l’équité et la transparence jouent un rôle important, également en ce qui concerne la propriété d’une marque.

Évolution toujours positive mais recherche d’outils d’orientation

Quel est le but du voyage pour les cosmétiques naturels ? Wolf Lüdge, directeur de la maison d’édition naturkosmetik verlag (Wetzlar) et organisateur du congrès annuel de la filière des cosmétiques naturels à Berlin voit l’évolution d’un œil très positif : « L’avenir appartient à la cosmétique naturelle car on lui attribue de nombreuses valeurs importantes pour notre évolution culturelle et sociale. C’est la raison pour laquelle la part des cosmétiques naturels et semi-naturels continuera à augmenter par rapport à l’ensemble du marché. Il est toujours captivant de voir quelles marques parviennent à intégrer cette tendance et comment le réseau de distribution se développe. »

Cela est également intéressant pour de nombreux acteurs de la branche qui essaient de s’orienter. Car la multitude de paramètres qui influencent aujourd’hui l’appréciation des produits, des marques et des marchés rend la tâche de plus en plus complexe. Le VIVANESS offre à cet égard une plateforme unique aux visiteurs, exposants et spécialistes qui veulent se procurer directement à la source un aperçu complet du développement global et des tendances de ce marché dynamique. En plus du congrès qui a lieu en parallèle du salon, le VIVANESS propose également à cet effet la présentation spéciale Breeze avec des nouveaux venus et des marques « indiebrands », le stand collectif « Innovation made in Germany » et le Stand des Nouveautés. En outre, ce salon consacré aux produits cosmétiques naturels se distingue par ses critères d’admission très sévères, par une démarcation claire par rapport au greenwashing et par son internationalité. Avec ce vaste éventail, le VIVANESS qui a lieu parallèlement au BIOFACH, Salon Pilote Mondial des Aliments Biologiques, offre un véritable outil d’orientation à l’industrie et au commerce.