► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Les légumes
Le potimarron bio, un délice automnal

Le potimarron bio, un délice automnal

Les cucurbitacées sont une grande famille de végétaux dont les représentants les plus célèbres sont sûrement la citrouille et la courgette.
Moins connu et répandu que ces derniers, le potimarron, à ne pas confondre avec le potiron, mérite d’être découvert – et dégusté – à plus d’un titre.
Il fait son apparition à l’automne et trône alors avec majesté sur les étals du rayon fruits et légumes.
Très facile à préparer, il est parfait pour préparer des plats sains et savoureux.


Le potimarron, cette courge venue d’Asie

Le nom de potimarron serait dû à une déformation de « petit marron » même s’il se rapproche bien sûr du mot potiron avec lequel il ne doit pas être confondu.
Cette cucurbitacée provient d’Asie, et plus précisément du Japon. La variété la plus répandue est d’ailleurs celle d’Hokkaïdo.
Le potimarron possède une forme de poire ou de toupie. Il est le plus souvent d’une belle couleur orange soutenu, mais il existe aussi des potimarrons nommés kabochas à la peau vert foncé, souvent un peu rugueuse et à la chair jaune-vert, moins sucrés et moins aqueux.


Le potimarron au goût du jour

Sans dénigrer la citrouille et le potiron qui ont leurs qualités propres mais qui peuvent paraître fades ou trop aqueux, le potimarron possède un goût plus prononcé et une texture plus ferme et consistante. Sa chair légèrement sucrée et son goût délicieux évoquent la châtaigne et la noisette. Il s’accorde d’ailleurs à merveille avec ces deux aliments qui sont emblématiques comme lui de l’automne.
Il est plus farineux que ses cousins car plus riche en glucides (surtout amidon) avec 5,6 g / 100 g.
Pour 100 g de chair, il apporte 31 kcal ce qui est plus que pour la citrouille, mais cet apport énergétique reste toutefois très faible.
Le potimarron est aussi bien pourvu en fibres (3,4 g / 100 g) mais qui sont très douces et non irritantes, donc bien supportées par l’intestin.
Par ailleurs, le potimarron est très riche en provitamine A (ou bétacarotène) à laquelle il doit sa belle couleur orangé, et on y recense aussi des vitamines B, C, D, E.
Il contient aussi de bonnes quantités de phosphore, calcium, magnésium, potassium.


Comment bien le choisir ?

Pour trouver un beau potimarron, il convient de le soupeser à la main et de bien observer son aspect : il doit être bien lourd, sa peau doit être lisse, sans tache ou trace de coup.
Il se conserve bien pendant plusieurs jours, voire semaines, à condition d’avoir été placé dans un endroit sec, préservé de la lumière et non au réfrigérateur car le froid nuit à ses qualités.


Comment le préparer ?

-    En soupe : seul ou avec des éclats de noisettes ; avec des poireaux et des carottes ; avec des brisures de châtaignes et de l’huile de noisette ; avec des lentilles corail et des graines de cumin…
-    En purée : seul ou avec des pommes de terre, des châtaignes ou encore du panais, avec une pointe de muscade ou encore du gingembre pour ceux qui en apprécient le goût.
-    En tarte : avec des champignons ; des carottes ; des poireaux ; une autre courge (muscade, spaghetti) ou de la courgette.
-    En gratin : avec du poulet, du fromage, ou, en version végétale avec du tofu ou du seitan.
-    En plat complet avec du quinoa, de la polenta…
-    Et même en dessert : tarte ou gâteau, avec des épices, de la crème de marron, de la poudre de noisettes…

Destiné à une soupe, il n’est pas toujours nécessaire de l’éplucher : sa peau (à condition quand même de ne pas être trop épaisse, ce qui serait le cas pour un gros ou un vieux potimarron) sera attendrie à la cuisson et, une fois mixée, ne laissera ni amertume ni sensation désagréable en bouche.
Précisons aussi que si le potimarron est jeune et tendre (donc plutôt de petite taille), sa chair peut être consommée crue, râpée en salade avec d’autres légumes comme de la betterave ou de la courgette par exemple, à assaisonner avec du vinaigre de cidre et de l’huile d’olive ou d’argan.

Voici une recette express et réconfortante de soupe pour les soirées d’automne ou d’hiver.
Ingrédients :
-    1 potimarron de 2 à 3 kg environ
-    200 g de châtaignes bio cuites
-    1 cm de racine de gingembre bio
-    1 brique de 25 cl de crème végétale bio : avoine, millet, épeautre, amande
-    Sel, poivre

Sans l’éplucher, couper le potimarron en deux, retirer ses graines puis le détailler en cubes.
Le mettre à cuire dans 500 ml d’eau bouillante (salée sans excès) avec le morceau de gingembre épluché et coupé en petits morceaux, pendant 15 à 20 minutes, en piquant régulièrement les cubes pour vérifier leur cuisson.
Quand le potimarron est bien tendre, le mixer dans son eau de cuisson en laissant le gingembre, ajouter la crème végétale.
Ajouter les châtaignes préalablement concassées grossièrement pour garder des morceaux qui apporteront un agréable croquant. Bien mélanger et servir aussitôt.


La saison de prédilection du potimarron est l’automne, mais il est possible d’en trouver jusqu’au mois de février car il n’est pas très délicat et se conserve bien et longtemps.

Encore peu connu, il a tout intérêt à être mis en avant et valorisé.

Il plaît beaucoup aux enfants : par sa couleur chaude et sa forme, parce qu’il leur évoque Halloween, par sa texture et surtout par son goût très doux. Il est donc très intéressant pour leur faire manger des légumes en variant sa présentation : soupe, croquettes, galettes aux céréales, purée…