Lancé à l’initiative de Sébastien Loctin, fondateur et dirigeant de Biofuture, ce mouvement inédit appelle à changer les règles, pour permettre aux consommateurs d’avoir accès en un coup d’oeil à la vérité quel que soit le produit qu’ils achètent.

.nod, D’Aucy, Sojade, Vrai, Juste, Omie & co, Quintesens, Food 4 Good, Hari & co, Jardin Bio Etic, Babybio, Alpina Savoie,... Peu importe leur taille, leur notoriété, leur positionnement, ou même leur secteur d’activité, ces marques ont décidé de faire front commun pour réclamer que l’ensemble des marques alimentaires soient collectivement soumises à une même obligation de transparence.
L’exigence du collectif En Vérité est simple : qu’un produit soit bio ou issu de l’agriculture conventionnelle, made in France ou importé, qu’il soit fabriqué avec ou sans additif – peu importe, pourvu que toutes les marques soient obligées d’en informer les consommateurs.

Car nourrir les gens n’est pas un business comme les autres, c’est une responsabilité.

Manger c’est décider de notre santé et de celle de nos enfants, de notre agriculture, de notre économie, de la santé de notre planète… Manger, c’est décider de la société dans laquelle on veut vivre. Mais pour décider il faut savoir. Or aujourd’hui, les Français ne savent pas vraiment ce qu’ils mangent. Ils décident trop souvent en aveugle. Ce n’est plus acceptable.

Conscient des enjeux alimentaires, le collectif En Vérité appelle donc les députés à créer une obligation de dire la vérité qui s’appliquerait à toutes les marques. Le principe est simple : À travers la mise en place d’un affichage simplifié et standardisé sur tous les produits alimentaires, les Français auront ainsi accès facilement aux informations essentielles, celles qui génèrent
le plus fort impact sur leur santé et notre environnement : le type d’agriculture, l’origine, la présence d’additif, la qualité nutritionnelle…

« Savoir ce que l’on mange est un droit fondamental pour tout citoyen, et donc un devoir pour les marques. Quels que soient nos choix, en matière d’agriculture, d’origine, ou de composition, nous sommes libres de produire comme nous l’entendons… à condition bien sûr d’assumer ces choix et d’en informer clairement les consommateurs. La transparence
alimentaire rend le pouvoir aux consommateurs. C’est juste et démocratique. C’est ça la souveraineté alimentaire.
», explique Sébastien Loctin, porte-parole d’En Vérité.

L’initiative, relayée par la campagne de communication #EnVérité sur les réseaux sociaux, entend mettre le sujet de la transparence alimentaire au coeur de débat public, et pousser les responsables politiques à s’engager au profit des consommateurs et des générations futures. Au-delà des clivages politiques, les marques veulent mobiliser l’ensemble de la société - distributeurs, consommateurs, professionnels de santé, ONG, etc. - autour de la question de l’alimentation.
Au-delà de cette première action de sensibilisation, le collectif ambitionne de se constituer en une association rassemblant l’ensemble des marques désirant agir pour la transparence alimentaire dès janvier 2022.

Le type d’agriculture, l’origine, la présence d’additif et la qualité nutritionnelle.

A propos du Collectif En Vérité : En Vérité est un collectif de marques alimentaires réunies autour d’une ambition commune : exiger des pouvoirs publics une obligation de transparence commune à toutes les marques pour que les Français sachent clairement ce qu’ils mangent, quel que soit le produit. Ouvert à toutes les marques alimentaires, le collectif ambitionne de réunir plus de 100 marques au printemps 2022. Des marques portées par un credo commun : « Quoi que tu fasses, quoi que tu mettes dans tes produits, dis-le ! »

 


En savoir plus Site Internet

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les 15 jours en avant-première une revue de presse de nos articles et vidéos & des infos sur les derniers produits ajoutés